Les Pays fortement touchés

En dehors de quelques rares exceptions, les  crimes à caractère rituel ont lieu préférentiellement en Afrique subsaharienne avec une plus grande concentration dans les pays du golfe de Guinée.

Nigeria : le 22 mars 2014, la police nigériane donne l'assaut à "la maison de l'horreur" défendue par des miliciens armés de fusils et de machettes. À l'intérieur on découvre des squelettes, des corps découpés, et quinze prisonniers enchaînés dans un état de malnutrition extrême. Cette  découverte confirme l’importance de ce fléau au Nigeria marqué déjà par le démantèlement en 2011 et 2012 de plusieurs "usines à bébés", où des femmes venaient livrer contre rémunération leur progéniture à des fins de mise en pièces. En outre, les enquêtes mentionnent l’existence d’un marché d’approvisionnement d’organes humains dénommée « Djakarta » alimentant la sous-région.

 

Gabon : Décembre 2014 à Mimongo (sud du Gabon), un homme avoue 21 crimes rituels ; en février 2014 dans l'Ogooué-Ivindo la police enquête sur le cas d'une douzaine de Camerounaises disparues sans laisser de trace ; en juin 2013 un sac contenant plus d’une cinquantaine d’organes humains est découvert dans le Ve  arrondissement de Libreville, à Lambaréné (centre du Gabon) la police gabonaise démantèle un réseau de trafiquants d’organes humains ; …. L’ampleur de ce fléau au Gabon a conduit la chaine de télévision française Canal+ a y consacrer un  reportage intitulé « les organes du pouvoir » diffusé le 08 avril 2012.

 

Côte d’Ivoire : de décembre 2014 à fin janvier 2015 la police ivoirienne dénombre 21 cas d’enlèvements d’enfants dont la plupart sont retrouvés mort et mutilé. En outre, à chaque processus électoral la psychose s’empare des albinos qui sont traqués L’ampleur de ce phénomène n’est plus à démontrer en Côte d’Ivoire comme en témoignent les rubriques faits divers de la presse ivoirienne

 

Cameroun : Dimanche 25 mai 2014, quartier Mimboman, à Yaoundé, pour la troisième fois en deux semaines, le corps mutilé d'une jeune femme est découvert, gisant dans les broussailles, à quelques dizaines de mètres du terrain vague où, il y a un an et demi, sept de ses sœurs d'infortune avaient été éventrées.

 

Tanzanie : Février 2015 l’ONU appelle pour la énième fois le gouvernement tanzanien à prendre des mesures pour la protection des albinos après l’enlèvement suivi du meurtre avec mutilation d’un bébé de moins d’un an, confirmant ainsi la triste place qu’occupe la Tanzanie dans le martyr que vivent les personnes albinos en Afrique.

 

Sénégal : Mars 2014, plusieurs malades mentaux sont retrouvés assassinés et mutilés dans la région de Tambacounda, la police sénégalaise soupçonne les chercheurs d’or qui auraient accompli ces crimes en vue de satisfaire les « djinns » (esprits) des sites aurifères. En outre, les personnes albinos disent vivre dans la psychose car littéralement pourchasser au cours des périodes électorales.  

 

Burkina-Faso : lors du soulèvement populaire qui a mis fin au régime de Blaise Compaoré en novembre 2014, il a été découvert dans la maison de son frère et conseiller  François Compaoré des traces de sang sur les murs, des intestins et une odeur de  macchabée  qui laissent supposer la pratique de sacrifices humains, confirmant explicitement le lien fait entre pouvoir politique et crimes à caractère rituel.

 

République Démocratique du Congo : entre le 20 aout et le 20 octobre 2014, des organisations de la société civile du territoire de Basoko (Province Orientale) ont dénoncé une dizaine de cas de crimes rituels dont ceux de trois enfants de 3 à 4 ans confirmant la forte présence des crimes sataniques en République Démocratique du Congo.

 

Congo : Connus sous le nom de kata-kata, les crimes rituels sont en recrudescence comme le montre, la série de meurtres avec prélèvement d'organes génitaux et de sang qui a secoué la ville d’Ouesso d'octobre 2011 à mai 2013 faisant une douzaine de victimes. Six suspects, dont le maire de cette  commune ont été arrêtés.  

 

D’autres pays touchés : Togo, Benin, Swaziland, Gambie, Guinée Conakry, Centrafrique, Niger, Mali, Ouganda, Malawi, Kenya, Rwanda, etc.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© SACRI International